mercredi 10 janvier 2018

Millice forestière ?

L'état français avait depuis longtemps laissé les clés de son patrimoine faunique aux fédérations de chasseurs par l’intermédiaire de ses offices ONCSF (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) et ONF (Office National des Forêts), bien heureux de trouver là une main d’œuvre pas toujours irréprochable mais dévouée et bénévole. On avait en quelques sortes confié une confiserie à des enfants.



D'ici peu, afin de palier au manque d'effectif chronique de la Gendarmerie dans l'Oise, plusieurs centaines de chasseurs vont être sélectionnés et assermentés afin de pouvoir patrouiller dans les secteurs forestiers du département pour prévenir les autorités de tous faits délictueux dont - on l'imagine - les actes de braconnage.

http://lafrance.co/oise-200-chasseurs-assermentes-vont-epauler-les-forces-de-lordre

https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-richier/blog/080118/gendarmes-et-chasseurs-main-dans-la-main-dans-loise


Je vois déjà ceux qui connaissent un temps soit peu ce milieu sourire d'incrédulité. Confier une parcelle d'autorité aux chasseurs, même aussi minime soit-elle ? L'ancien agriculteur cité dans le premier article semble pour sa part s'être déjà forgé une religion.

Sans vouloir jouer les Cassandre, je mettrais tout de même bien une petite pièce sur une diminution drastique de la faune sauvage dans les bois "protégés" par nos "chasseurs vigilants" dans les années qui viennent, tant cette mesure me semble pouvoir être à la fois gage d'immunité pour certains et source de graves conflits entre chasseurs assermentés et chasseurs indélicats.

Mais, après tout, une expérience reste une expérience : laissons-lui le temps d'évoluer, de maturer et de révéler tout son potentiel, observons, avec gourmandise.