mardi 2 janvier 2018

Balance ton porc en Forêt de Fontainebleau

Ah, ces sympathiques promenades digestives de fin d'année !
En famille, un peu léthargiques de tant d'agapes et de bulles, nous nous engageons sur un chemin forestier, la route de "la Petite Haie" qui démarre au rond point de la gare de Thomery.

Les enfants courent devant, normal.
Le papy tire un peu la patte à l'arrière, normal aussi.

Pourtant, dès les premiers mètres, nous basculons dans la bêtise. Le ton est donné, un premier spot juste sur le bord du chemin :


puis un deuxième :


pour un total de quatre, je vous épargne la suite à l'avenant.

Nous arrivons ensuite sur un grand carrefour forestier dit du "Grand Sapin". Celui-ci a d'ailleurs été coupé il y a quelques années par l'ONF et on peut encore voir son fût au sol. Le carrefour forme une grande place dégagée qui semble avoir accueilli une fête animée et alcoolisée :


Quel charmant spectacle de fin d'année :


Une multitude de petits déchets que le personnel de l'ONF devra ramasser individuellement ;




Des déchets dangereux également, au beau milieu du carrefour et susceptible de provoquer de graves problèmes à un promeneur ou à un cycliste :


Tout ceci est inexcusable. Ce n'est même plus de la bêtise mais une véritable volonté de nuisance. Un acte qui finalement, par son obscénité et sa lâcheté, à quelque chose du #balancetonporc que nous connaissons par ailleurs.

La proximité est facile à saisir : le manque de respect à sa mère, à une femme ou à la nature, relèvent de la même dynamique égoïste et égocentrique. Le besoin de jouissance immédiate n'est plus contrôlé, il doit être assouvi coute que coute, sans aucune considération pour les conséquences de cet assouvissement. La lâcheté du prédateur sexuel qui profite d'une situation dominante étant ici remplacée par une sorte de nihilisme dévastateur. 
"Que les promeneurs qui tombent sur nos déchets aillent se faire voir, rien à faire" ;
"Que l'ONF engage des moyens et du temps pour nettoyer nos cochonneries, rien à faire" ;
"Qu'un animal sauvage crève d'avoir absorbé un sac en plastique, rien à faire" ;
"Que quelqu'un se blesse en marchant sur un morceau de verre laissé là, rien à faire".
Bref.

Tout ceci évidemment, pourrait être évité. Tout d'abord en s'assurant qu'on ne puisse pas pénétrer en forêt aussi facilement en voiture - car nos fêtards indélicats étaient en voiture, cela ne fait aucun doute :



L'ONF pourrait par exemple investir quelques euros dans la réfection de la barrière verte à l'entrée du chemin qui est hors d'usage et ouverte depuis plusieurs années :


Voici donc une année 2018 qui commence bien mal, cet incident nous jetant au visage une telle bouffée de bêtise qu'il est difficile d'être optimiste pour notre belle forêt. La quasi crapulerie de certains associée au manque de moyen criant du gestionnaire ne saurait être une combinaison gagnante. Sommes-nous condamnés à être les témoins d'un désastre à Fontainebleau ?