vendredi 13 octobre 2017

Brame à Fontainebleau : barnum forestier

Il fallait être extrêmement motivé samedi dernier pour tenter de photographier le brame du cerf en forêt de Fontainebleau du côté des Grands Feuillards.

Alors que l'ONF, à juste titre, nous intime chaque année à grand renfort de communication de respecter la tranquillité des cervidés pendant la période du brame, on pouvait voir ce samedi, avant le lever du jour, des véhicules de limiers sillonner les parages d'une place de brame bien connue pour préparer une chasse à courre qui devait commencer un peu plus tard dans la matinée. Véhicule de l'ONF en tête.
Résultat de recherche d'images pour "chasse en cours"


L'Office cultive de ces paradoxes qui demeurent encore pour moi aujourd'hui une parfaite énigme.
Qui pourra en effet prétendre qu'une chasse menée par un équipage de vénerie avec chiens courant, cor et invités n'affecte pas la tranquillité des cervidés en pleine période de brame ?

Comme un malheur n'arrive jamais seul, il fallait également se confronter, dans les parcelles à l'écart de la chasse, à quelques photographes indélicats qui, au mépris de la loi et du sens commun, avaient pénétré dans les chemins avec leur véhicule et affutaient confortablement installés à l'intérieur. Sans doute conscients de leurs turpitudes, ils s'éloignaient à notre arrivée.

Un peu plus loin enfin, un autre photographe, en voiture lui aussi, se baladait tranquillement en lisière d'une parcelle protégée. 

Il est des sorties improductives car, même si l'oeil a été largement contenté, le résultat photographique n'en est pas à la hauteur. Celles-là sont vite oubliées.

Il y des sorties tragiques, car elles confirment lourdement, sans ambiguïté, les modifications profondes dans la perception que notre société possède de notre patrimoine naturel en général et forestier en particulier. Celles-ci ne disparaissent jamais.