lundi 10 octobre 2016

Déchets en forêt de Fontainebleau : une bataille perdue d'avance ?

Je lisais il y a quelques jours l'excellent article de la TL2B qui, sous forme d'un coup de gueule, dénonçait les causes de l'augmentation dramatique des dépôts sauvages de déchets en forêt de Fontainebleau.


L'aspect économique était essentiellement avancé, ce qui est évidemment prépondérant et incontournable si l'on veut comprendre ce qui se passe aujourd'hui à Fontainebleau.

Pourtant, il me semble bien qu'au delà de ce constat de bon sens, si l'on veut véritablement cerner l'intégralité du problème, l'analyse des comportements individuels et plus généralement la dégradation constante depuis quelques années du civisme, c'est à dire du respect de la communauté,  doit être abordée sans détour.

En effet, il ne faut pas se voiler la face, il y a de plus en plus de particuliers, de locaux le plus souvent, qui utilisent la forêt comme un dépotoir. Quelques professionnels évidemment, c'est indéniable, sévissent ardemment depuis quelques temps mais... Les fours usagés, les matelas hors d'usage, les sapins de noëls, les troènes fraichement déracinés, les petites quantités de ceci ou de cela déversées à la nuit tombante sur le bord de la route ? Le simple mégot jeté négligemment parfois en pleine canicule ?

Suivez les groupes de randonneurs et de cyclistes sur quelques kilomètres et vous serez parfois surpris de voir tout ce qui tombe des poches... 

Plus généralement, voyez tous les comportements inappropriées en forêt, que ce soit de la part des automobilistes, de certains sportifs, photographes ou promeneurs ! On consomme de la forêt sans jamais avoir le moindre compte à rendre, sans jamais se soucier des autres et encore moins de la faune et de la flore. On profite de la beauté d'un milieu tout en contribuant à le détruite ! 

Le brame, cette année encore, a été tragicomique : groupes dans les parcelles en pleine nuit avec lampes torches, parfum et verbe haut. Trois ou quatre photographes par cerf dans certaines zones qui n'hésitent pas à passer dans le champ du confrère ou a faire du bruit en sortant d'affut...

Notre forêt est un révélateur. Une société qui se porte mal, qui oublie certaines valeurs fondamentales, n'est plus en mesure de comprendre les raisons impérieuses qui lui incombent de préserver les espaces naturels, de la faune et de la flore qui les composent ; et encore moins d'appréhender la catastrophe que constituerait leur disparition.

Bref, pour illustrer cet article et bien faire sentir l'étendue du problème, j'ai pris le parti de la simplicité en emportant mon téléphone pendant ma courte balade forestière du week-end destinée à ramasser des châtaignes. Un petit kilomètre de marche, à peu près, dans un secteur peu fréquenté, pour l'essentiel à l'intérieur des massifs. Une photo par déchet :

tombé d'une poche ?

une petit faim ?

une antiquité

durée de vie = 450 ans

goudron "fixateur de sanglier" humm...

toile plastique dans une souille a sangliers, bizarre

3 à 12 mois avant dégradation complète

tombé

tombé

tombé encore et toujours

Il y a derrière chacun de ces "abandons" une défaite de notre société, un citoyen fragilisé qui se réfugie dans le mépris, qui ne perçoit plus l'intérêt commun. Comment diable pourrons-nous circonvenir cette tendance autodestructrice alors même que les pressions économiques et l'individualisme qu'elles engendrent sont de plus en plus fortes et que l'éducation, abandonnée, n'éveille plus à la nécessité d'y résister ?

La faute de nos élus, lorsqu'il a fallu décider il y a quelques années d'une politique de traitement des déchets, a été de négliger cet aspect pourtant absolument évident pour n'importe quel riverain de la forêt de Fontainebleau. Un angélisme (?) coupable saupoudré de dogmatisme libéral qui devait nous conduire, comme beaucoup l'avaient prédit, au marasme actuel.