samedi 30 avril 2016

Scandaleuse taxation des ventes entre particuliers !

Nos sénateurs, agités d'indicibles motivations, viennent de voter un projet de loi rendant obligatoire la déclaration des échanges, dès le 1er Euro, intervenant sur les plateformes internet dites collaboratives.


S'il peut paraître naturel pour l'Etat de chercher à connaître les revenus des locations immobilières effectuées parfois massivement dans certaines villes via, par exemple la plateforme Airbnb, comment justifier le fait que les ventes d'objets entre particuliers le soit également dès le 1er Euro !


Autrement dit, comment justifier par exemple que des vêtements ou un lit bébé revendu aujourd'hui  sur Leboncoin le quart de son prix d'achat soit soumis à l'impôt sur le revenu !? C'est tout simplement scandaleux.

Résultat de recherche d'images pour "le bon coin"

Au moment où l'on nous abreuve du matin au soir d'informations relatives à des détournements d'argents dans des paradis fiscaux par centaines de milliards, c'est à dire autant de manœuvres pour échapper au principe de solidarité par l'impôt, nos sénateurs choisissent de s'attaquer aux échanges entre particuliers qui relèvent le plus souvent de l'acte solidaire réel (vêtements pour bébés vendus 1 euro symbolique par exemple).

Les banques elles, initiatrices et organisatrices des fuites de capitaux précédemment évoquées dorment tranquilles.

Par ailleurs, alors que François Hollande et son âme damnée de l'écologie viennent de présenter leur politique "environnementale" dramatiquement peux ambitieuse :


il serait de bon ton de réfléchir à la portée et à l'objectif réel de nos sénateurs. Si on voit nettement l'aspect fiscal et la nécessité de remplir les caisses de l'Etat, il ne fait aucun doute que cette disposition législative est également destinée à entraver les échanges entre particuliers et par conséquent doper artificiellement la consommation. Les vendeurs renonceront à vendre (ou le feront par des moyens détournés, c'est un autre débat) ou feront supporter la taxation à l'acheteur, ce qui freinera naturellement les échanges.

Résultat de recherche d'images pour "échange"

D'un point de vue écologique, on sait depuis longtemps qu'une des solutions à l'économie des ressources naturelles est de favoriser la mise en commun des biens et leur changement de main, d'en prolonger l'existence et l'usage. Par l'intermédiaire de certaines plateformes, Internet permet cette mise en relation à un niveau quasi global, augmentant donc potentiellement la durée d'usage des biens, ce qui dans un monde ultra libéral est synonyme d'entrave à la consommation et à la sacro-sainte croissance. Une véritable horreur.

Nos sénateurs font donc coup double avec ce projet de loi : ramener les français de force dans le droit chemin de la surconsommation et regarnir le trésor français désespérément vide qu'ils contribuent d'ailleurs eux-même à ponctionner : http://www.observatoiredesgaspillages.com/2014/09/combien-coute-un-senateur/

Afficher l'image d'origine

Du grand art !