dimanche 24 avril 2016

Déchêts à Fontainebleau : le volontarisme de l'abandon.

A Fontainebleau, décisions a été prise par l'ONF de cesser de ramasser les déchets abandonnés en forêt :


Pour déclencher une prise de conscience et "changer les mentalités" ; une sorte d'appel au civisme en quelque sorte.

Je rappelle aux décisionnaires oublieux que le pari du civisme a déjà été tenté il y a quelques années quand on a, dans le même mouvement, arrêté le ramassage des encombrants, compliqué l'accès aux déchetteries et accentué la pression fiscale sur les ménages locaux.

On en voit aujourd'hui le résultat. Résultat que j'avais, avec quelques autres, anticipé.



Et à peu près les mêmes nous font une nouvelle fois aujourd'hui le coup de l'appel au civisme, comme si , dans une grande prise de conscience généralisée, les salauds qui bousillent la forêt aujourd'hui allaient devenir subitement vertueux, comme si le salaud qui déverse aujourd'hui ses ordures, sans l'ombre d'un problème de conscience, dans une forêt vierge de déchets, allait subitement cesser cette pratique parce qu'elle est déjà couverte d'immondices ?

De qui se moque-t-on ?

En réalité, ce à quoi nous assistons ici est un abandon. Un renoncement. Non pas celui des hommes qui composent les services gestionnaires mais celui des collectivités locales, celui de l'état, qui poursuit inlassablement son désengagement au nom d'un libéralisme dogmatique.
L'état français ne veut plus consacrer de ressources à l'entretien et à la sauvegarde de son patrimoine naturel. C'est aussi simple que cela. L'ONF est exsangue et n'a plus les moyens de remplir sa mission parce que le budget qui lui est alloué et les dotations qui lui sont versées sont totalement insuffisants.

Un garde forestier me confiait récemment que l'ONF n'avait même plus les moyens d'acheter des cadenas pour remplacer ceux disparus ou défectueux sur les barrières vertes. Voilà où nous en sommes !

Afficher l'image d'origine

Dès lors, l'incivilité, la bêtise d'un petit nombre qui pourrit notre patrimoine commun, devient un argument, une excuse à ce désengagement. Puisque le citoyen est incivique, les collectivité locales et l'office gestionnaire cesse d'assumer ses responsabilités.

En réalité, c'est bien a un changement radical auquel nous sommes en train d'assister, un abandon pur et simple des responsabilités de l'état et des collectivités locales maquillé en volontarisme d’opérette. On bombe le torse pour la galerie tout en abandonnant le bon peuple à la tyrannie de quelques pollueurs.

On imagine bien ce que deviendrait notre pays si les services de polices appliquaient le même raisonnement : puisqu'il y a trop de criminalité et que notre budget ne nous permet pas de traiter toutes les affaires, afin de déclencher une prise de conscience et provoquer un appel au civisme, nous ne garantirons plus le respect de la propriété et n'assurerons plus votre sécurité. Belle perspective !

Afficher l'image d'origine

Bref, s'il nous fallait faire un rapide résumé des performances de nos élus depuis dix ans :

* arrêt du service publique de ramassage des encombrants,
* accès aux déchetteries payant de facto pour les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite,
* ridicule contrainte du tri,
* limitation des volumes déposés pour les particuliers, augmentation des coûts,
* augmentation de la pression fiscale,
* dégradation dramatique du patrimoine forestier, donc de la qualité de vie,
* demain sans doute, paiement individualisé, au poids, des déchets (on imagine d'avance le résultat).

Afficher l'image d'origine

Pour résumé : diminution des services, augmentation des coûts et altération de la qualité de vie et des espaces naturels.

Il me semble qu'une politique se juge avant tout sur ses résultats. Tout est dit.