dimanche 29 septembre 2013

Ah... le brame !

Le brame c'est l'ouverture du photographe. La même ferveur, le même engouement, la même impatience.
A Fontainebleau, sur les places de brame réputées, les photographes se bousculent. Les connus, les anonymes, les pointures, les novices et les novices qui se prennent pour des pointures.
Bref, comme chaque année ça joue des coudes et, pour quelques-uns, ça rivalise d'égoïsme et/ou de bêtise.

Il y a pourtant quelques règles simples, que certains, comme l'ami JP, s'échinent à rappeler de temps à autres. Parmi celles-ci, de simple savoir vivre me semble-t-il, on rappellera que :

  • jamais la faune ne doit être dérangée,
  • on ne casse pas l'affût d'un "confrère" en passant devant au travers d'une parcelle,
  • on ne court pas pour doubler un "confrère" et arriver avant lui sur un poste jugé prometteur,
  • on reste discret même sur le chemin du retour (d'autres veulent peut-être persister)...

Bref, ces quelques "désagréments" surmontés (il faut être tolérant après tout), on arrive tout de même dans la relative sérénité de la lumière basse à vivre quelques jolis moments :

Jeune cerf traversant un découvert


Jeune cerf traversant un découvert (focused)

Lever de soleil au son du brame

La vie est dure pour les jeunes cerfs qui sont exclus des joutes amoureuses par le dominant. Par un coup de force ils tentent parfois de voler une belle biche. A leurs risques et périls.

Jeune cerf en alerte

La bruyère en fleurs des plateaux réchauffée par la belle lumière matinale offre des paysages saisissants de beauté.

Bruyère sous bouleaux 1

Bruyère sous bouleaux 2

Comme toujours c'est l'ambiance qui fait tout. Le soleil qui perce, la lumière qui se réchauffe et le son du brame là-bas, de l'autre côté de la parcelle, qu'on écoute en retenant sa respiration...

La photo en deviendrait presque... accessoire.

2 commentaires:

Jean-Paul Debleau a dit…

Bonjour Nicolas, bravo pour ce petit reportage et ces ...belles lumières. Je vois que vous fréquentez le secteur de ...mais les Aficionado (met-on un s ?) auront reconnu l'endroit ;-) On m'a rapporté qu'il y avait en effet du monde dans ce secteur. merci et bon retour jipé

Nicolas Flory a dit…

Oui c'est un secteur que j'arpente depuis très longtemps et qui, malheureusement a tendance à se vider d'année en année. On y croise aujourd'hui bien plus de photographes que de cervidés !
Le "jeune cerf en alerte" lui, a été pris sur un autre secteur ultra-secret qui est assez récent ;-)
Espérons que nos amis chasseurs et veneurs auront la bonne idée de nous en laisser quelques-uns. Et qu'ils ne réitéreront pas les "mises à blanc" du passé comme à Macherin...