mardi 25 décembre 2012

Biches en fuite

Fontainebleau : biches en fuite

C'est la pire des configurations pour le photographe animalier : tomber nez à nez avec un sujet qui prend la fuite.
C'est un double échec : échec "technique" puisqu'à l'évidence la discrétion n'a pas été à la hauteur.
Echec "naturaliste" puisque l'animal est dérangé et sa fuite le met en danger.
En l'occurrence, l'absence de route à proximité réduit un peu le risque, heureusement.

J'ai toujours été étonné par la technique de fuite du cervidé qui est une merveille d'instinct. Jamais là où on l'attend.
C'est sans doute cette course en rupture (fuite dans une direction à découvert puis changement de direction dès le couvert atteint) qui lui assure une plus grande longévité face à ses prédateurs. Face au chasseur surtout.